<<
>>

Le pays cancalais a toujours été tenu par ces femmes. Car les hommes s’embarquaient marins, pêcheurs, armateurs, corsaires. Les morutiers de Saint-Malo et de Cancale allaient jusqu’aux grands bancs de Terre-Neuve au large du Canada pour pêcher la morue. C’étaient des pêches miraculeuses qu’ils vendaient aux riches méditerranéens pour revenir les cales chargées de sel, d’huile d’olive, de savon, de pruneaux. Le sel était précieux car il servait aux salaisons permettant de conserver la matière grasse et la protéine. A leur retour, d'octobre à mars, ces hommes pratiquaient la pêche côtière, le maraîchage ou le ramassage des huîtres. Mais souvent aussi, ils ne revenaient pas. 

La cuisine a cela de commun avec la mer qu’elle relie les peuples. 

A cette époque, vous n’auriez pas fait manger le moindre poisson à un Breton, car personne n’avait envie de manger ce poisson qui avait peut-être tué un être cher. En pays celtique, il y a les morts, les vivants et ceux qui vont sur la mer. L’enfer c’est les abysses. Le poisson c’était le plat du pauvre, de celui qui n’avait pas le choix, et les bretons lui préféraient les produits de la terre ferme, le chou et le cochon. Le plateau de fruits de mer est une invention parisienne, tout comme la sole meunière. Si la Bretagne a exporté la sole et le turbot vers Paris ce n’est pas parce qu’ils étaient meilleurs, c’est parce que c’étaient les poissons qui se conservaient le mieux. 

Lorsque l’on vit entre la pointe du Groin au Nord et le phare de l’Herpin qui délimite l’entrée de la baie, on est pris dès l’enfance par les récits d’aventures. J’ai choisi mes héros parmi les Jacques Cartier, les Robert Surcouf, les Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais. Des navigateurs, des explorateurs, des corsaires qui ramenèrent de leurs expéditions des saveurs inconnues : le cacao, le cumin, les poivres, la muscade, le clou de girofle, la vanille, le gingembre... Il faut se souvenir que ces épices ont eu à traverser des océans pour arriver jusqu’à nous. La cuisine a cela de commun avec la mer qu’elle relie les peuples. 

Afficher le menu